Actualités | Base de V1 du Val-Ygot | Jean-Jacques Dejeunes, photographe
champs
Actualités » ( )

Base de V1 du Val-Ygot

Le site de Val-Ygot ou Grande Volée d'Ardouval se situe sur la D99 Pommeréval-Bellencombre. À l'entrée de la forêt domaniale d'Eawy, un petit chemin cimenté introduit dans l'ensemble des bâtiments construits par la firme belge Troma. Une plantation de sapins cache les vestiges très bien conservés de la rampe.

Ce site fait partie de la première génération des rampes lourdes plus communément connues sous le nom de "ski-sites". Pratiquement achevé, il n'a jamais fonctionné, suite aux bombardements dont il a fait l'objet à partir de Noël 1943.

À partir du second semestre de 1943, en arc de cercle de Cherbourg à Dunkerque, épousant le contour du Sud-Est de l'Angleterre, plus de 400 rampes, lourdes et légères, ont couvert le littoral de la Normandie et du Nord de la France. Près de 120 d'entre-elles seront localisées en Seine-Inférieure (27 rampes lourdes et 80 rampes légères).

Bien sûr, la ville la plus ciblée est Londres, mais la côte anglaise, où se regroupent progressivement les forces d'invasion, devient également un objectif prioritaire. Hitler est déterminé. Chaque jour, des centaines de V1 iront écraser l'Angleterre : "Comme Carthage, l'Angleterre doit être détruite..."

Depuis le 6 juin 1944, les Alliés ont débarqué sur les côtes de la Basse-Normandie. Lundi 12 juin, Hitler ordonne : "Tout sur Londres". Mardi 13 juin, à trois heures du matin, la rampe de Montauban, sise à Melleville dans la forêt d'Eu, catapulte son premier V1. Vendredi 16 juin, cinquante rampes entrent en action. Ce jour-là, 224 V1 sont propulsés au-dessus de la Manche, soixante-treize s'abattent sur le Grand Londres.

Du 13 juin au 31 août 1944, 8 564 V1 sont lancés sur Londres. 3 564 atteindront leur destination. 6 184 anglais seront tués, 17 981 blessés gravement. Dans la capitale, 750 000 maisons seront endommagées. Incontestablement, si l'offensive des V1 avait été déclenchée six mois plus tôt, "... comme Carthage, Londres aurait été détruite", ainsi que le répétait inlassablement Jean Hérold-Paquis au micro de Radio-Paris.

Ce mémorial a été restauré par l'Association de Sauvegarde du Site de V1 du Val-Ygot à Ardouval.

Références tirées du livre L'enfer des V1 en Seine-Maritime de Norbert Dufour et Christian Doré, Éditions Bertout, Luneray.

Voir les images


Pas encore noté(e)

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire :



Ce message est privé (ne sera pas publié)


Les champs marqués d'une * sont obligatoires.